yab-yum.jpg

Origine du Tantrisme

 

L'origine du Tantra échappe aux méthodes de l'historien moderne. Les premiers textes ("tantras") répertoriés comme tels datent du IVe siècle (époque de la dynastie Gupta en Inde), mais tant la doctrine que la pratique sont présentes à travers la tradition orale de l'Inde védique depuis des millénaires, intimement liés à la spiritualité hindoue. Dans les siècles suivants, le Tantrisme s'est répandu dans le reste de l'Asie (Tibet notamment) sous des formes diverses et s'est diffusé en occident comme un courant néo-spiritualiste au cours du XXe siècle. On pourrait dire, pour résumer très grossièrement, que le Tantrisme est la partie du panthéon hindou dédié au culte immémorial de la Déesse (Shakti, Parvati...), mais dont la dimension sexuelle (en tant que méthode énergétique) est apparue plus tardivement, quelques siècles après JC. Si le Tantrisme imprègne à ce titre toute la spiritualité hindoue et certains courants du Bouddhisme, son aspect "sexuel" a toujours fait de la voie tantrique dite de "la main gauche" un courant marginal au sein de ces civilisations, tout comme en occident aujourd'hui (pour des raisons différentes). Pour autant, il fait l'objet d'un enseignement et de rituels très sérieux et reste lié au Yoga (kundalini yoga) dans ses aspects techniques et méthodiques.

Qu'est-ce que le Tantra

Le Tantra est essentiellement voie de Non-dualité, on ne peut rien en dire définitivement. Dans l’absolu, l’infinité ne se laisse pas définir. Tout en perpétuant la sagesse primordiale telle que véhiculée par les Vêdas, il dépasse et s’affranchit de tous les cadres historiques, pour accéder à l’essence des enseignement spirituels immémoriaux. Profondément « orthodoxe » sur le plan de la doctrine, il n’a pu être critiqué que pour ses méthodes, ou du moins certaines d’entre elles. De fait, il s’adresse providentiellement à ceux qui se sentent à l’étroit dans les écoles traditionnelles devenues trop « classiques » ou qui n’ont pas bénéficié dans ce cadre d’un rattachement authentique, comme c’est le cas de la quasi-totalité des occidentaux.

Ici, on peut tenter de définir l’essence des méthodes tantriques dites de la « Main gauche », c’est-à-dire la partie pratique visant l’énergétique, en disant qu’il est un Yoga à deux. Comme le yoga, il propose un ensemble de méthodes visant à l’union (yoga signifiant union) avec le Divin, l'élévation spirituelle à partir du travail de l'énergie vitale (postures, respiration, méditation), mais en y ajoutant l'interaction shiva/shakti (masculin/féminin), et en privilégiant l'utilisation de l'énergie sexuelle comme force motrice. Ainsi, on retrouve dans la méthode tantrique toutes les bases et les ingrédients du Yoga (notamment le kundalini yoga) mais en les déclinant à deux plutôt qu'en solo. Le Tantra révèle pleinement une doctrine et une expérience de l’Amour, de l’Union sacrée. Au-delà de cet aspect purement énergétique, l’enseignement tantrique élargit le champ des expériences à toutes les modalités de la vie humaine, corporelles et psychiques dans un processus de déconditionnement et d’intégration, de méditation permanente et multiformes.

En ajoutant au radical tan (étirer, étendre) le suffixe tra (qui  indique l'instrumentalité), on obtient « tan-tra » soit, littéralement, instrument d'expansion, ce qui correspond à l’image du vortex à 3 dimensions dans lequel il apparaît que tout est lié dans toutes les directions et à tous les échelons, d’où le sens de « tissage » qui est aussi dans le mot « tantra ».

Le Tantra n’apporte et ne revendique aucune nouveauté sur plan là, il perpétue la doctrine védantique de la Non-dualité (Advaïta) et sa cosmologie est purement celle du Sankhya (partie du Vêda).

Amour sacré qui n’a rien à voir avec l’amour romantique, passionnel et fluctuant, possessif et illusoire.

Le Tantra en pratique

 

Les textes tantriques ne décrivent pas en détail l'art des caresses et de l'amour physique comme peuvent le faire le Kama Sutra, la tradition érotique du Tao ou autres textes de la très riche littérature orientale sur le sujet. Pourtant cet art sous-tend à l'évidence la pratique tantrique, en y adjoignant les connaissances et techniques énergétiques du yoga et celles propres au toucher que l'on retrouve dans l'Ayurvéda ou le massage chinois. Ainsi, l'architecture du corps "éthérique" avec ses centres principaux (chakras) et canaux subtils (nâdis en Inde, méridiens en Chine) y a-t-elle un grand rôle, en connexion avec le contrôle de la respiration (prânayama). Le prâna, tout à la fois esprit, souffle et énergie, est le principe animant et reliant tous les degrés de l'être. La sphère dite "sacrée" (sexuelle correspondant au 2e chakra) est au coeur du travail tantrique, car c'est à ce niveau que l'énergie (prâna) est le plus sensible chez l'humain d'aujourd'hui. La sexualité devient ainsi l'outil privilégié de l'éveil spirituel, du moins au départ, et c'est très logiquement que le massage - qui est toucher - intervient dans cet éveil. Lingam et Yoni, organes de chair vivants, sont chargés de toute leur dimension symbolique : ils incarnent et véhiculent les attributs transcendants de Shiva et Shakti (lingam = sens, conscience, axe du Monde ; yoni = Possibilité universelle, matrice universelle, énergie vibratoire).

Par le massage, on éveille et diffuse l'énergie dans tout le corps, puis on la canalise au travers de l'axe vertébral interne vers les régions supérieures du corps auxquelles correspondent les niveaux supérieurs de conscience (chakras). A la différence de ce qui se passe dans l'échange sexuel ordinaire, la semence n'est pas émise (pas d'éjaculation) mais elle est contenue pour être canalisée vers l'intérieur, puis vers le haut (trajet de la kundalini). Ce travail se coordonne toujours avec le pranayama (respiration consciente) et la méditation qui lui donnent toute son efficacité. Dans l'échange tantrique (en couple) il s'agit de parvenir à l'union sexuelle (maithuna) dans un état d'extase complète et de réaliser en soi-même l'union des deux principes désignés comme Shiva et Shakti, autrement dit la réalisation de l'Androgyne. En orient le Tantra se pratique sous la direction d'un Guru qui a transmis par l’initiation le germe originel d’une lignée spirituelle et guide les initiés.

Bibliographie

- TANTRA l’initiation d’un occidental - Daniel Odier (en poche : Tantra - La dimension sacrée de l’érotisme)

- TANTRISME - Pierre FEUGA ed. Dangles

- CENT DOUZE MEDITATIONS TANTRIQUES - Pierre FEUGA ed. Accarias

- TANTRA LE CULTE DE LA FEMINITÉ - André Van Lysebeth

- Du TAO SEXUEL au TANTRA - JP KRASENSKY

- LE YOGA TANTRIQUE - Julius Evola - ed. Fayard

- KUNDALINI TANTRA - SWAMI SATYANANDA SARASWATI