Les fondamentaux du Tantra et du massage tantrique

Origines du Tantrisme

L'origine du Tantra échappe aux méthodes de l'historien moderne. Les premiers textes ("tantras") répertoriés comme tels datent du IVe siècle (époque de la dynastie Gupta en Inde), mais tant la doctrine que la pratique sont présentes à travers la tradition orale de l'Inde védique depuis des millénaires, intimement liés à la spiritualité hindoue. Dans les siècles suivants, le Tantrisme s'est répandu dans le reste de l'Asie (Tibet, Chine, Japon notamment) sous des formes diverses et s'est développé de façon spécialement dynamique dans la région du Cachemire, où il a connu un essor doctrinal et spirituel remarquable, imprégnant les autres courants spirituels (bouddhisme zen, soufisme…) et réciproquement. On peut dire qu’il a réactualisé la doctrine vêdantique de la Non-dualité (advaïta) en lui donnant un nouveau souffle, des applications vivantes et adaptées à l’humanité du Kali-yuga (l’ère actuelle), notamment en mettant l’accent sur les possibilités de « saisie directe du Soi » (pratyabhijnâ), la « vibration cosmique » (spanda), le « yoga des sens », par des formes de méditation spontanées et compatibles avec la vie quotidienne. Sur le plan doctrinal et dévotionnel, on pourrait dire, pour résumer très grossièrement, que le Tantrisme est la partie du « panthéon » hindou dédié au culte immémorial de la Déesse (Shakti, Parvati...), l’aspect féminin et énergétique du Divin.

En occident, le Tantrisme apparaît au cours du XXe siècle comme un courant néo-spiritualiste, avec toutes les dérives et édulcorations qu’on connaît. Si le Tantrisme imprègne toute la spiritualité orientale, son application "sexuelle" (dite de "la main gauche") a toujours représenté un courant à part au sein de ces civilisations, tout comme en occident aujourd'hui, mais pour d’autres raisons. C’est néanmoins celle-ci qui s’est répandue et qui reste la plus largement connue chez nous. Quoi qu’il en soit, la voie « sexuelle » fait l'objet d'un enseignement et de rituels très sérieux et reste lié au Yoga (kundalini yoga) dans ses aspects techniques et méthodiques, aspects qui sont plutôt perdus de vue ou mal compris en occident.

Qu'est-ce que le Tantra

Du Tantra, on ne peut rien dire définitivement. Dans l’absolu, l’infinité ne se laisse pas définir. Tout en perpétuant la sagesse primordiale telle que véhiculée par les Vêdas, il dépasse et s’affranchit de tous les cadres historiques, pour accéder à l’essence des enseignement spirituels immémoriaux. Profondément « orthodoxe » sur le plan de la doctrine, il n’a pu être critiqué que pour ses méthodes, ou du moins certaines d’entre elles. De fait, il s’adresse providentiellement à ceux qui se sentent à l’étroit dans les écoles traditionnelles devenues trop « classiques » ou qui n’ont pas bénéficié dans ce cadre d’un rattachement authentique, comme c’est le cas de la quasi-totalité des occidentaux.

Ici, on peut tenter de définir l’essence des méthodes tantriques dites de la « Main gauche », c’est-à-dire la partie pratique visant l’énergétique, en disant qu’il est un Yoga à deux. Comme le yoga, il propose un ensemble de méthodes visant à l’union (yoga signifiant union) avec le Divin, l'élévation spirituelle à partir du travail de l'énergie vitale (postures, respiration, méditation), mais en y ajoutant l'interaction shiva/shakti (masculin/féminin), et en privilégiant l'utilisation de l'énergie sexuelle comme force motrice. Ainsi, on retrouve dans la méthode tantrique toutes les bases et les ingrédients du Yoga (notamment le kundalini yoga) mais en les déclinant à deux plutôt qu'en solo. Le Tantra révèle pleinement une doctrine et une expérience de l’Amour, de l’Union sacrée. Au-delà de cet aspect purement énergétique, l’enseignement tantrique élargit le champ des expériences à toutes les modalités de la vie humaine, corporelles et psychiques dans un processus de déconditionnement et de réalisation. A ce point de vue, il perpétue et réactualise la doctrine originelle de l’advaïta  selon laquelle tout est expression du Soi divin, indivisible, sans séparation, réalisé (non-dualité).

La sexualité sacrée

"Ce qui est ici est ailleurs. Ce qui n'est pas ici n'est nulle-part" (Vishvasâra Tantra). Tout ce qui se passe dans le corps vivant, se passe dans l’âme, dans l’univers.

La méthode du Tantra repose sur le principe que le corps humain est un microcosme parfait, il est un résumé complet de l'univers avec lequel il est en constante connexion, globalement et dans chacune de ses cellules.

Dans l'échange tantrique (en couple) il s'agit de parvenir à l'union sexuelle (maïthuna) dans un état d'extase complète et de réaliser en soi-même l'union des deux principes désignés comme Shiva et Shakti, autrement dit la réalisation de l'Androgyne. En orient le Tantra se pratique sous la direction d'un Guru qui a transmis par l’initiation le germe originel d’une lignée spirituelle et guide les initiés.

L'art des caresses et du massage prend donc toute sa signification dans la pratique du Tantra, bien qu'il n'en constitue qu'une partie.

Les textes tantriques ne décrivent pas en détail l'art des caresses et de l'amour physique comme peuvent le faire le Kama Sutra, la tradition érotique du Tao ou autres textes de la très riche littérature orientale sur le sujet. Pourtant cet art sous-tend à l'évidence la pratique tantrique, en y adjoignant les connaissances et techniques énergétiques du yoga et celles propres au toucher que l'on retrouve dans l'Ayurvéda ou le massage chinois. Ainsi, l'architecture du corps "éthérique" avec ses centres principaux (chakras) et canaux subtils (nâdis en Inde, méridiens en Chine) y a-t-elle un grand rôle, en connexion avec le contrôle de la respiration (prânâyama). Le prâna, tout à la fois esprit, souffle et énergie, est le principe animant et reliant tous les degrés de l'être. La sphère dite "sacrée" (sexuelle correspondant au 2e chakra) est au cœur du travail tantrique, car c'est à ce niveau que l'énergie (prâna) est le plus sensible chez l'humain d'aujourd'hui. La sexualité devient ainsi l'outil privilégié de l'éveil spirituel, du moins au départ, et c'est très logiquement que le massage - qui est toucher - intervient dans cet éveil.

Par les caresses amoureuses, on éveille et diffuse l'énergie dans tout le corps, puis on la canalise au travers de l'axe vertébral interne vers les régions supérieures du corps auxquelles correspondent les niveaux supérieurs de conscience (chakras). A la différence de ce qui se passe dans l'échange sexuel ordinaire, la semence n'est pas émise (pas d'éjaculation) mais elle est contenue pour être canalisée vers l'intérieur, puis vers le haut (trajet de la kundalini). Ce travail se coordonne toujours avec le prânâyama (respiration consciente) et la méditation qui lui donnent toute son efficacité.

Le massage tantrique

Le massage tantrique, en tant qu’exercice énergétique et spirituel peut être pratiqué entre partenaires neutres sentimentalement, hors échange amoureux. A ce titre, il constitue une véritable méditation et un formidable outil de connexion à soi, d’exploration intérieure et de la vibration cosmique.

Le principe du massage tantrique est d’éveiller l’énergie spirituelle à partir de son lieu de condensation (bindu), situé dans la sphère sexuelle. Cette énergie unique et indivisible en soi (prâna), est multiple dans ses formes : matérielles, psychiques ou spirituelles. Dans son état ordinaire de conscience, l’humain n’a qu’une perception très confuse (voire inexistante) de cette énergie, sinon dans sa forme matérielle ou sexuelle. Partir de cet état basique pour l’amener à son état le plus profond et le plus élevé est le propos du Tantra. Le processus d’éveil et de développement de cette énergie est symbolisé par le déroulement et l’ascension du serpent le long de l’axe vertébral (kundalini), de la région sexuelle vers la région de la tête. Au cours de cette ascension, l’énergie se spiritualise (comme l’eau devient vapeur sous l’action du feu) et parcourt l’axe en animant sur son passage les différents centres de conscience de l’être (chakras). La conduite du massage est cohérente avec cette dynamique et implique un massage réel et compétent des parties sexuelles (pas seulement des effleurements fugaces ou papouillages timides). La sublimation alchimique se fait sous l’effet de la chaleur, ne l’oublions pas. L’énergie une fois éveillée, est diffusée dans toutes les parties du corps et plus spécialement sur le trajet des chakras jusqu’à la tête. Cette montée énergétique procure un grand plaisir pouvant aller jusqu’à l’extase, à condition d’être canalisée vers l’intérieur au lieu de s’échapper vers l’extérieur (orgasme externe). Masseur/masseuse et massé(e) ont chacun leur rôle dans cette conduite : concentration pour le/la massé(e), écoute et générosité pour la/le masseuse/masseur. Le rôle de la respiration profonde est primordial pour les deux.

Pour moi, le massage est en lui-même une méditation, méditation communicative qui passe par le toucher et le souffle au travers de l'écran mental. Le lâcher-prise nécessaire à ce voyage est obtenu après une durée variable selon l’état de départ. Le plaisir aidant, on entre dans une bulle de bien-être et de chaleur apaisante, de relaxation profonde propice à la méditation (apaisement du mental, connexion au cœur).

Il est lent, fluide et méditatif, au rythme naturel de la respiration profonde, des éclosions intérieures.

Il est doux et subtil, imprégné d'écoute autant que de don. On masse avec "un oiseau sur la tête", dans la concentration permanente et le soin de ne pas casser le fil de l'instant par quelque brusquerie, sans objectif et même sans intention... L'écoute, c'est celle du flux énergétique de Shakti/Shiva, sa présence incarnée. Le don, c'est celui de l’énergie unifiée, dépouillée de toute volition, fluide, aimante...

La conduite de mon massage tantrique est entièrement intuitive. Pour autant, elle s’appuie sur des connaissances, notamment celles du massage ayurvédique dit abhyanga (corps entier) et des marmas (points énergétiques du corps). Ainsi le corps entier est honoré et animé dans ses moindres parcelles. La circulation des réseaux nerveux, lymphatique et sanguin, activée en arrière-plan du massage, favorise l’harmonisation énergétique globale. L’accent est mis ensuite sur la sphère « sacrée » abritant les organes sexuels, par un massage subtil des zones concernées et des connexions avec certains points énergétiques majeurs. Lissages, micro-pressions, effleurements, extensions, bercements, enveloppements et autres gestes, destinés à conduire la massée vers une montée énergétique dans laquelle elle est accompagnée grâce à une écoute très fine du masseur.

Au cœur de la séance, l'accent est mis sur l'état méditatif auquel la massée est invitée très naturellement dans une phase de demi-sommeil proche du songe, un état de conscience différent. L’énergie en émulsion est diffusée dans le tout le corps et particulièrement vers la poitrine et la tête. Le massage se conclut par un apaisement général et un temps de « recueillement » qui peut être le début d’un nouveau voyage pour soi.

NB bien sûr, dans le cadre professionnel, ce massage exclut tout rapport sexuel.

En ajoutant au radical tan (étirer, étendre) le suffixe tra (qui indique l'instrumentalité), on obtient « tan-tra » soit, littéralement, « instrument d'expansion », ce qui correspond à l’image du vortex à 3 dimensions dans lequel il apparaît que tout est lié dans toutes les directions et à tous les échelons, d’où le sens de « tissage » qui est aussi dans le mot « tantra ».

Le Tantra n’apporte et ne revendique aucune nouveauté sur plan là, il perpétue la doctrine védantique de la Non-dualité (Advaïta) et sa cosmologie est purement celle du Sankhya (partie des Vêdas).

Amour sacré qui n’a rien à voir avec l’amour romantique, passionnel et fluctuant, possessif et illusoire.

 

Bibliographie :

 

Ouvrages sur le Tantra

Bibliographie

- TANTRA l’initiation d’un occidental - Daniel Odier (en poche : Tantra - La dimension sacrée de l’érotisme)

- TANTRISME - Pierre FEUGA ed. Dangles

- CENT DOUZE MEDITATIONS TANTRIQUES - Pierre FEUGA ed. Accarias

- TANTRA LE CULTE DE LA FEMINITÉ - André Van Lysebeth

- Du TAO SEXUEL au TANTRA - JP KRASENSKY

- LE YOGA TANTRIQUE - Julius Evola - ed. Fayard

- KUNDALINI TANTRA - SWAMI SATYANANDA SARASWATI

 

Autres articles Luc Olivier :